Méthode Feldenkrais : danseurs, bichonnez votre corps

Elle fait partie des manières de prendre soin de son corps. La méthode Feldenkrais, développée en 1943 par l’ingénieur et physicien Moshe Feldenkrais, repose sur la prise de conscience du corps via le mouvement. Elle a été mise au point pour aider à trouver le geste juste, c’est-à-dire celui qui n’engendre ni tension ni douleur dans sa réalisation. En France, les pratiquants les plus assidus sont les seniors en reconquête de mobilité, et les sportifs, dont pas mal de danseurs.

Personnes âgées utilisant la méthode Feldenkrais.
https://www.flickr.com/photos/youbelonginlongmont/

Pas d’effort, beaucoup de lenteur

Lorsqu’on passe une grande partie de son temps perché sur des pointes à étirer son justaucorps de danse dans tous les sens pour atteindre le geste parfait, le corps subit de sévères contraintes. Elles peuvent entraîner des tensions, puis des douleurs. Mieux vaut être à l’écoute de celles-ci pour tenter d’y remédier au plus vite. Grâce à la méthode Feldenkrais, on peut espérer y parvenir.

L’idée, c’est de prendre conscience de chaque mouvement effectué afin de retrouver le plaisir de bouger sans peine. On vise à dépasser les automatismes pour réussir à doser les efforts, à mieux connaître ses limites et ses besoins. On peut espérer gagner en souplesse des articulations, en coordination des mouvements et en mobilité, notamment du bassin et de la cage thoracique, ainsi qu’en flexibilité de la colonne vertébrale ; sans parler de l’état de relaxation qui vient avec la lenteur et l’harmonie.

Les séances, qu’elles soient collectives ou individuelles, durent une heure. Il arrive que le thérapeute propose d’exécuter une série de mouvements simples et variés, debout ou au sol. D’autres fois, il encourage à improviser. Cela ressemble à des roulements, des torsions, des coordinations. En séance individuelle, le thérapeute peut soulever ou déplacer des parties du corps afin de détecter ou dépasser des limites, défaire des tensions. L’important est de s’écouter profondément, d’agir lentement et sans effort, afin de prendre conscience de la globalité du corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam