Les rituels de Dorothée Gilbert

Chez Body Langage, on pense que l’inspiration vient en dansant, mais aussi en observant. Mieux vous vous sentez dans vos pointes, plus vous vous rapprochez de vos objectifs. Dans cette quête du mieux, il est bon de regarder autour de soi, de noter comment font les autres afin de nourrir sa créativité. C’est ce que l’on vous propose en posant notre regard sur Dorothée Gilbert, cette étoile du ballet de l’Opéra de Paris.

La danseuse étoile Dorothée Gilbert en shooting.
http://i.vimeocdn.com/video/522730645_1280x720.jpg

Continuer la lecture de Les rituels de Dorothée Gilbert 

Un homme faisant du Fit'Ballet.

Qui connaît le Fit’Ballet ?

À la rédaction de Body Langage, on a posé l’œil sur une discipline fascinante : le Fit’Ballet. Élaborée par la danseuse professionnelle Octavie Escure, elle allie avec malice abdos-fessiers et entrechats. A-t-on déjà vu cela ? En tout cas, de notre côté on est conquis, alors on vous en touche un mot.

Un homme faisant du Fit'Ballet.
https://www.flickr.com/photos/woolamaloo_gazette/

Continuer la lecture de Qui connaît le Fit’Ballet ? 

La ballerine des Ballets de Monte-Carlo, Maude Sabourin.

Maude Sabourin : un physique et du tempérament -3

Vous avez loupé les articles 1 et 2 sur la vie de Maude Sabourin, première soliste des Ballets de Monte-Carlo. Offrez-vous une petite séance de rattrapage. Découvrir le parcours d’une figure de la danse classique, en voilà une inspiration pour vous, artistes en tenue de danse. Un parcours un peu atypique, à la Misty Copeland, plein de force et de détermination.

I am gonna miss this Italian! @gabrielecorrado #throwback #fitballerina #pointeshoes #forsythe #rehearsal #newsleep

A photo posted by Maude Sabourin (@thefitballerina) on

Transformer ses différences en atouts

Maude Sabourin, Québécoise de 29 ans, est devenue première soliste à Monaco en 2010. Elle s’est bonifiée auprès de Jean-Christophe Maillot, chorégraphe de talent dont la réputation internationale n’est plus à faire. Plusieurs enjeux de taille attendaient la jeune femme. Travail sur pointes après plusieurs années de danse contemporaine avec le Jeune Ballet du Québec et la troupe des Grands Ballets Canadiens ; et travail sur la finesse que l’on attend d’une ballerine alors qu’on a un corps musculeux et un petit côté garçon manqué. Mais tout cela, lorsqu’on nous fait confiance et qu’on est animé par la passion, on le dépasse.

Elle incarne la nourrice dans Roméo et Juliette, la belle-mère et les sœurs de Cendrillon, la mort dans Faust, Her majesty of the night dans LAC et Carabosse, dans La belle au bois dormant. Ce dernier rôle : une prouesse. Elle est la seule femme à avoir incarné ce personnage, originellement composé pour un homme.

Thanks carabosse… i had a blast! #sleepingbeauty #ballerinalife #carabosse #performance #ilovemyjob

A photo posted by Maude Sabourin (@thefitballerina) on

« J’ai décidé d’en faire un atout. Oui je suis androgyne, mais je peux faire ça et ça avec mon physique, je peux tout faire. J’ai décidé de le transformer en force», explique-t-elle. « J’ai porté des filles, des mecs […] L’image de la danseuse ne va pas avec la musculation que je fais, mais ça me permet de sauter plus haut, courir vite, de gagner en tout, en fait. »

Et de conclure : « Même si tu n’as pas le physique idéal, les capacités typiques de la danseuse classique, tu peux y arriver. La danse évolue et les mentalités devraient évoluer aussi. » À bon entendeur-danseur en manque d’inspiration…

Maude Sabourin : un physique et du tempérament -2

Dans notre précédent article, nous commencions à vous raconter l’histoire de Maude Sabourin, première soliste des Ballets de Monte-Carlo. Si aujourd’hui la jeune femme grimpe fièrement sur ses pointes en arborant un physique puissant et affûté, cela n’a pas toujours été le cas.

La ballerine des Ballets de Monte-Carlo, Maude Sabourin.
La ballerine des Ballets de Monte-Carlo, Maude Sabourin.

La chance de rencontrer un mentor

Dans l’interview publiée dans le magazine Code Sport Monaco, on apprend que la Québécoise au large sourire n’aimait pas uniquement la danse. Petite, elle fréquentait les parquets de basket-ball, les terrains de foot et les pistes d’athlétisme. Une sportive dans l’âme, donc, qui se réfugiait souvent dans les sapes de son grand-frère plutôt que dans une tenue de danse. Au grand désespoir de sa mère.

De fil en aiguille et alors même qu’elle étudiait la danse, celle qui aimait le travail du corps et l’expression par le geste a fait sa place dans une troupe montréalaise. Ses rêves brisés de danseuse de classique ? En stand-by.

Puis en 2006, alors qu’elle rend visite à un ami engagé dans la troupe monégasque, on lui propose de montrer de quel bois elle se chauffe. « J’ai dû mettre des pointes, je m’étais tiré les cheveux pour faire la vraie fille, comme une petite ballerine, et je suis tombée dès le premier jour (rires) », se souvient-elle. Résultat ? Banco. La voilà catapultée au pays du prince et de l’image lisse. Un dépaysement, pour le garçon manqué du Canada.

Loin de ses parents pour la première fois, elle doit construire de nouveaux repères tout en se bonifiant sur le pan classique. Sa relation profonde et riche avec Jean-Christophe Maillot, danseur et chorégraphe des Ballets de Monte-Carlo, l’y a aidée. Une relation « père/fille », comme elle dit. « Il m’a toujours prise sous son aile », raconte-t-elle. Un professeur qui croit en son élève, quel meilleur moyen d’évoluer ?

Ce n’est pas terminé ! Quel rôle particulier le physique atypique de Maude Sabourin lui a-t-il permis d’incarner ? On en parle vite sur Body Langage. Restez connecté !

Maude Sabourin, compte instagram.

Maude Sabourin : un physique et du tempérament -1

« thefitballerina ». Ça vous dit quelque chose ? C’est le pseudo Instagram de Maude Sabourin, première soliste des Ballets de Monte-Carlo. La jeune femme aux 29 printemps ne rentre pas vraiment dans le moule-type de la ballerine. Elle revendique son physique androgyne et musclé.

La danseuse a fait une force de ses attributs naturels a priori non conformes, là où, pourtant, certains lui prédisaient le pire. À la rédaction de Body Langage, c’est tout ce qu’on vous souhaite : trouver votre propre manière d’atteindre vos objectifs, que ce soit en chaussons de danse ou plus généralement, dans la vie.

Les clichés ont la peau dure, tout comme Maude Sabourin

Depuis 2010, Maude Sabourin évolue comme première soliste sous la direction de Jean-Christophe Maillot, directeur artistique des Ballets de Monte-Carlo. La demoiselle a quitté son Québec natal il y a onze ans pour s’installer en principauté. On peut dire qu’elle a réellement découvert l’univers des pointes à ce moment-là.

Maude Sabourin est issue de l’École supérieure de ballet contemporain de Montréal. Alors en classique, elle n’y était pas vraiment. Il a fallu se familiariser avec la tenue de danse de la ballerine mais aussi apprivoiser la finesse et la grâce du geste qui vont avec, malgré un corps tout en puissance.

Dans une interview accordée au magazine Code Sport Monaco, la québécoise raconte que « ça peut devenir complexant parce qu’on passe notre journée en tenue moulante devant un miroir, à nous regarder, à voir ce qui ne va pas. Mon physique un peu androgyne, qui n’était pas assez féminin, pas assez ci ou ça, trop musclé, m’a longtemps complexée. » On apprend aussi que ses professeurs de danse canadiens lui prédisaient tout sauf de devenir une danseuse classique, brisant du même coup ses rêves de petite fille.

La suite de l’histoire de Maude Sabourin dans le prochain article de Body Langage ! Suivez notre page Facebook pour ne rien manquer de notre actualité.

2017 : et si on se mettait à la danse classique ?

À la rédaction de Body Langage, on a pensé à vous. On s’est demandé ce que vous pourriez bien faire, en ce mois de février 2017, pour optimiser votre bien-être. Figurez-vous qu’on a trouvé : de la danse classique. Et dans cet article, nous nous adressons à tous, y compris aux personnes matures n’ayant jamais pratiqué la discipline. Difficile à croire ? Et pourtant ! Nous allons voir comment la pratique des mouvements de ballet peut être bénéfique à l’ensemble du squelette, aux muscles, ligaments et autres articulations qui le composent. Enfilez une tenue de danse confortable, et voyez plutôt.

Danseuses de classique.
https://pixabay.com/en/users/romanen-2521638/

Continuer la lecture de 2017 : et si on se mettait à la danse classique ? 

Quand Nairobi se met à danser

Vous avez peut-être déjà lu cette information dans les quelques articles de presse qui l’ont relayée. Auquel cas, pardon pour cette répétition, mais nous ne pouvions pas ne pas en parler à notre tour. Lorsque la danse s’invite dans des vies défavorisées pour les rendre meilleures, cela touche, bouscule et réconforte. C’est ce qui se passe à Nairobi, au Kenya. La province de Kibera – l’un des plus grands bidonvilles du continent africain – accueille un genre d’école de danse.

A photo posted by Fredrik Lerneryd (@lerneryd) on

Continuer la lecture de Quand Nairobi se met à danser 

Un pied de danseuse, ça se travaille -2

Le coup-de-pied, cette forme enviée des danseuses et danseurs. Jeudi dernier, on vous expliquait à quelle partie du pied cela correspond. Si vous avez jeté un œil à ce billet, vous savez que la manière dont il est bombé ou pas est une décision arbitraire de dame nature ! Toutefois, cette paire de membres aux 52 os – soit le quart de ceux qui composent le squelette – se travaille. Il existe de nombreux exercices à même de révéler toute la souplesse et l’agilité du peton.

Pieds de femme sur une pile de bouquins, avec un chat à côté.
https://www.flickr.com/photos/pinkcotton/

Continuer la lecture de Un pied de danseuse, ça se travaille -2 

Un pied de danseuse, ça se travaille -1

Tout récemment, on se souciait de vos pieds. Ces outils de travail sacrés sont malmenés par les passionnés de danse. Alors, on vous conseillait de les chouchouter comme il faut, de manière à les avoir au top de leur forme au moment de sauter dans vos chaussons de danse, direction l’entraînement. À propos de pieds, on s’est rendu compte que ça fait un bail qu’on n’a plus planché ensemble sur l’amélioration du coup-de-pied. Faisons un point !

Ballerine en train de s'entraîner.
https://www.flickr.com/photos/graceyheartphotography/

Continuer la lecture de Un pied de danseuse, ça se travaille -1 

Chouchoutez vos pieds, même en hiver -2

Des pieds au top de la forme, même en hiver. C’est l’objectif que nous vous proposons via cet article axé sur le soin. Dans le précédent, nous vous alertions sur les dangers à négliger ses petons. D’autant plus lorsqu’on passe du temps à arpenter les parquets en chaussons et pointes de danse. Pour tenir la cadence et garder le pas précis, on prend soin de ses outils de travail et on adopte un rituel cocooning. Bain, gommage et hydratation, c’est parti.

Danseuse en pointes de danse sur une piste d'athlétisme.
https://www.flickr.com/photos/edwardzulawski/

Continuer la lecture de Chouchoutez vos pieds, même en hiver -2